Rome et la Villa Medicis

Difficile d'appréhender cette ville dense, riche de son histoire, et, capitale vivante et trépidante... J'y ai séjourné début mai avec l'envie d'y revenir tellement il y a à voir, à faire et à vivre.
Voici une proposition de programme totalement subjectif et non exhaustif sur 5 jours.

Avant votre voyage, vous pouvez aller sur les sites suivants :

Arrivé à Rome si vous souhaiter visiter la Villa Médicis allez directement sur place pour réserver dans la journée ou les jours suivants. Outre le point de vue et l'histoire du bâtiment, vous contemplerez la plus belle collection de bas reliefs originaux de Rome sur la façade jardins, la façade rue est volontairement sobre, faisant face au Vatican.

Jour 1 : le plus beau point de vue sur Rome

Essayer de coupler Villa Borghèse et Villa Médicis juste à côté. Déjeunez au café Colbert dans la Villa Médicis, très bon dans un décor magnifique, avec une terrasse protégée de la foule.

Visitez l'église de La Trinité des Monts, édifice voulu par Charles VIII initiateur des guerres d'Italie et une des cinq églises françaises de Rome dont l'entretien est à la charge de l'État français. Descendre les 138 marches de l'escalier di Trinità dei Monti que Louis XIV a fait construire pour scénariser la montée depuis la Place d'Espagne.

Vous vous retrouvez dans le quartier luxueux, allez jeter un œil à la boutique Valentino pour admirer le terrazzo gris clair et prenez un café au Greco à un prix de ministre mais servi dans un décors du XIXe et en queue de pie.

La balade vers la Piazza del Popolo, l'entrée nord de Rome intra muros, peut se faire par le haut depuis la Villa Médicis ou par le bas depuis la Piazza dei Spagnia, par la via Margutta où se trouvent des galeries d'art ou encore par la via del Babuino, en passant pour déjeuner ou dîner à l'hôtel de Russie.

Vous pourrez aussi prendre un verre au bar extérieur de l'hôtel Locarno et dîner au restaurant Nino.

Jour 2 : le Vatican et ses musées et le Trastevere

Personnellement je n'y suis pas allée, rebutée par la foule.

Pour plus d'informations sur les visites guidées, cliquez ici.

Dans le quartier vous pourrez aller dîner ou déjeuner au restaurant la Zanzarra via Crescenzio, il est recommandé de réserver.

Dans l'après-midi, si vous avez encore des jambes...! Vous pourrez vous balader dans le Trastevere et visiter la villa Farnesina construite au XVIe siècle pour un riche banquier, puis acquise par la famille Farnese, pour y admirer des fresques de Raphael mais aussi d'Antonio Bazzi et de Peruzzi, et vous promener dans les jardins.

Jour 3 : le centre historique

Vous pouvez arriver tôt, flâner au campo de Fiori, le marché est assez touristique mais encore un peu "couleur locale". Vous pourrez déjeuner juste à côté dans un petit restaurant très authentique, simple et bon, service adorable, l'Hosteria Farnese, 109 via Dei Baullari. Puis, visite du Palais Farnèse.

Ensuite, passez par La Galleria Minima Contemporanea, 2m2, dirigée par Mario Tosto, 18 via del Pellegrino, tout près du campo de Fiori, puis traversez le cours Vittorio Emanuele II pour vous diriger vers la Piazza Navone.

À l'ouest, vous pourrez faire une halte au magasin Santa Maria Novella pour faire le plein de senteurs, 47 Corso del Rinascimento, avant de vous diriger vers l'église Saint-Louis-des-Français, piazza di S. Luigi de Francesi pour admirer notamment les trois tableaux du Caravage dédiés à Saint-Mathieu.

Vous arriverez au Panthéon : lors d'un office le samedi, demandez à l'officier de service de vous laisser entrer pour profiter sereinement de l'endroit.

Réservez pour dîner au restaurant Il Margutta, 118 via Margutta.

Vous pouvez aussi faire le trajet à l'inverse en partant tôt de la Fontaine de Trévi pour éviter la foule, puis Saint-Louis-des-Français, le Panthéon, la Piazza Navone et terminez par la visite du Palais Farnese si vous avez un horaire de visite l'après-midi. Vous pourrez ensuite traverser le Tibre par le Ponte Sisto ou le Ponte Garibalidi pour aller diner chez Buff (réservation conseillée, essayé et approuvé).

Jour 4 : du Colisée carré au Colisée

Le quartier de l'EUR (pour Esposizione Universale di Roma), décidé en 1936 par Mussolini, est atteignable par la station de metro EUR Palasport. On peut y voir le bâtiment emblématique du quartier le Palazzo della Civilità Italiana, aussi appelé le Colisée carré, à l'architecture fasciste néoclassique. Il abrite aujourd'hui le siège de la marque Fendi.

Vers l'ouest, à l'opposé, le Planetarium.

En revenant vers Rome en taxi ou métro Garbatella, à la centrale Montemartini, une scénographie exceptionnelle d'œuvres des Musées Capitolins installés au sein d'une architecture industrielle.

Ou bien, visitez les thermes de Carcalla.

Terminez la journée par le Colisée et les forums mis en valeurs par le soleil couchant. Diego Della Valle, patron de Tod's, a financé la restauration du Colisée de 2013 à 2016.

Vous pourrez terminer la journée au bar Zest du Radisson, près du métro Termini, 171 via Filipo Turati.

Jour 5 : contemporain

Démarrez par le Macro, Musée d'Art Contemporain de Rome, métro Policlinico : une première rénovation a été opérée sur un bâtiment industriel en 1999. Puis, en 2010, Odile Decq dessine le Nuovo Macro.

Passage sur les bords du Tibre au Musée de l'Ara Pacis abritant le Mausolée d'Auguste, extrêmement lumineux, réalisé par Richard Meier : pour ce bâtiment comme pour d'autres, la ville de Rome a fait appel à des partenaires privés.

Richard Meier a aussi construit l'église du Père miséricordieux, 8 Piazza Largo Terzo Millennio, inaugurée en 2003. Elle se situe dans un quartier excentré à l'ouest de Rome.

L'après-midi vous pourrez visiter le MAXXI, Musée National de l'Art du XXe siècle, Architecte Zaha Hadid, une heure suffit, pas très convainquant.

En suivant, tout près, passez la soirée à l'auditorium de Renzo Piano. Programmation éclectique, j'y ai suivi une leçon de rock en Italien sur les Pink Floyd, top !

Restauration sur place ou à Il Buchetto, 119 via Flaminia, une des meilleures pizzeria de Rome, décor simple.

Quelques lieux contemporains dans Rome :

Beaucoup d'autres lieux à voir, comme les collections du Palazzo Barberini, comme l'église Saint-Ignace-de-Loyola, 8 via del Caravita, avec sa fresque en trompe l'œil peinte par Andrea Pozzo en 1685. Mais surtout une chose reste à faire : prendre le temps à une terrasse sur une place qui vous plaît de profiter de la lumière, des bruits et des couleurs. Trainer dans le quartier de San Lorenzo autour de la piazza Tiburtini, le Camden romain. Atteindre la villa Doria Pamphili, sur la colline du Janicule par la via Aurelia Antica et chiner le dimanche matin au marché de la Porta Portese sur la via Portuense...

3 Commentaires

  • Sylvia Parinaud

    Sylvia Parinaud

    7 juin 2017, 16:24:14

    hummm ça donne envie !!!

  • Maryse Valentin

    Maryse Valentin

    7 juin 2017, 17:53:12

  • Maryse Valentin

    Maryse Valentin

    7 juin 2017, 17:54:03

    On en rêve !!!!!
    Merci

Laisser un commentaire: