Médiathèque de Petit Piquey

Le Corbusier : mes années sauvages sur le bassin 1926-1936*

En 1918 « Corbu » découvre le bassin d’Arcachon où il se rend avec son ami Amédée Ozenfant avec lequel il partage le goût de la peinture. Il y reviendra quelques années plus tard lors de la construction de la cité Frugès à Lège.
La découverte de la vie des hommes et des femmes de cette langue de sable isolée, conquiert l’homme qui pendant 10 années trouvera refuge à Petit-Piquey. C’est dans cette nature brute bercée par le rythme des marées, que Charles-Edouard Jeanneret et son épouse Yvonne y trouvent leur paradis loin de la ville et de ses artifices.
« Je me sens attiré vers ces lieux où les hommes vivent encore naturellement. Ce Piquey est plein d’une vie saine, calme à l’échelle. A l’échelle humaine ; tout est là, c’est cela que les civilisations détruisent, plongeant les hommes dans l’artifice et les malheurs ». Lettre de Le Corbusier à sa mère 17.aout 1932.

En 1923/1924  la commande de l’industriel  bordelais Henri Frugès ramène Le Corbusier sur le Bassin d’Arcachon. Préfigurant la construction de la  grande sœur de Pessac, Frugès commande à Le Corbusier une première cité ouvrière au cœur des pins,  dans la commune de Lège, où il avait implanté une scierie destinée à la fabrication de caisses pour le conditionnement du sucre de canne de la raffinerie familiale.
L’industriel mécène, qui avait découvert les idées de Le Corbusier à travers la lecture de « Vers une architecture » écrit en 1923, le sollicite pour la construction de la petite cité ouvrière en face de son usine. Henri Frugès veut alors donner l'occasion à un jeune talent, de mettre en pratique ses idées innovantes. L’architecte, associé à son cousin Pierre Janneret, applique pour la première fois son concept de l’habitation égalitaire dans six maisons qui préfigurent les modèles adoptés à grand échèle l’année suivante à Pessac.

*Exposition «Le Corbusier -  Mes années sauvages sur le Bassin »,Tim Benton et Bruno Humbert commissaires de l’exposition.
 Médiathèque de Petit-Piquey jusqu’au 23 septembre.

photos :

Le Corbusier et sa femme Yvonne (photo Fondation Le Corbusier : ADGAP)
La  pêcheuse d'huitres, 1935
© FLC/ADAGP

Adeline Falières

Historienne de l’Art, Diplômée de l'Ecole du Louvre, Adeline Falières est chargée de l’enseignement à l’Université UFR des Arts de Bordeaux III.

Laisser un commentaire: