Les vases du stade Chaban-Delmas

Au-delà de la question du devenir de cette exceptionnelle architecture de Raoul Jourde (1938), je voulais faire découvrir aux Miss, l’une des plus grandioses créations du céramiste bordelais René Buthaud.


Pour cela, il vous faudra traverser le boulevard, franchir l’entrée d’honneur du stade, et découvrir enfin, à l’ombre de la Grande Arche dans la cour d’honneur, quatre grands vases décoratifs en forme de mazagran. Dans un pur style art déco, en harmonie avec l’architecture du stade, René Buthaud orne ses vases de mosaïques illustrant de magnifiques athlètes nus inspirés de l’Antiquité. Epousant la rotondité des vases, dans une gamme chromatique restreinte, ces viriles silhouettes glorifiant les dieux du stade, adoucissent par leur simple présence la sobriété parfois sévère des lignes architecturales des lieux. Formé à l’école municipale de Bordeaux, dans l’atelier du peintre Paul Quinsac, René Buthaud (1886-1986) se spécialise dans la céramique et se fait surtout connaître à l’occasion de l’Exposition des Arts Décoratifs de 1925 à Paris. De retour à Bordeaux en 1926, il produit des pièces de grand feu dont le décor participe au style néo-classique de Jean Dupas et de ses amis. Nommé professeur à l’école des beaux-arts de Bordeaux, il installera un atelier de céramique, et fournira une importante production de vases, coupes et bas reliefs, ainsi que les vitraux de la Maison des Vins de l’hôtel Gobineau des allées de Tourny.

René Buthaud compte, sans aucun doute, parmi les plus représentatifs des artistes bordelais de cette génération marquée par le retour à la figuration.

Adeline Falières

Historienne de l’Art, Diplômée de l'Ecole du Louvre, Adeline Falières est chargée de l’enseignement à l’Université UFR des Arts de Bordeaux III.

Laisser un commentaire: