La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche

Ah que c’est bon une Palme d’Or qui fait polémique ! Que c’est bon de casser les mythes ! Seulement voilà, il est des mythes qui se fichent des attaques et résistent diablement bien, et si Abdellatif Kechiche a « martyrisé » comédiennes et techniciens, Abdellatif Kechiche a fait un grand, très grand film qui restera dans les annales du cinéma mondial. Il est des Palmes que Cannes et le monde ont oubliées, celle-là restera et l’œuvre que bâtit le cinéaste fera l’objet d’études cinématographiques, de thèses, de théories… Et comme tous les grands il aura aussi ses détracteurs.

Abdellatif Kechiche est un peintre. De la société, des êtres humains, des corps, des âmes. Dans « La Vie d’Adèle » il crée une œuvre atemporelle, tout en montrant mieux que personne l’adolescence d’aujourd’hui. Il filme au plus près les visages, un œil, une moue adolescente, une interrogation, un questionnement, un engouement pour la littérature, un émoi, et la caméra fait le job, jamais une fraction de seconde de trop. Le juste temps, la juste mesure. Comment Kechiche sait il aussi bien lire la vie ? Quel œil a-t-il pour que rien, de la plus insignifiante subtilité à la plus criante vérité, ne s’inscrive dans sa rétine et qu’il nous les restitue de manière si juste, si évidente que notre empathie pour les personnages est immédiate, notre adhésion à l’histoire totale ? Où a-t-il appris à faire de sa caméra un pinceau pour nous restituer les peaux comme les plus grands maitres de la peinture ?

Nous sommes bouleversés par cette histoire si simple. Adèle rencontre Emma. Adèle et Emma s’aiment. Point. Et de cette histoire universelle, le film touche à notre intime. Ca résonne, ça cogne, ça parle. Kechiche a obtenu de ses comédiennes qu’elles jouent mieux, plus qu’elles n’auraient cru pouvoir le faire. L’œuvre d’un artiste aussi belle soit elle peut être étouffée par une mauvaise scénographie, mais elle peut aussi être révélée. Il en est ainsi du film de Kechiche, il magnifie ce qu’il touche…

La meilleure critique à mon sens a été écrite par Sophie Avon. A lire absolument : https://larepubliqueducinema.com/adele- ... e-a-vivre/

Laisser un commentaire: