"Claudia Andujar, La Lutte Yanomami"

Fondation Cartier pour l'art contemporain
Du 30 janvier au 10 mai 2020

Je suis liée aux Indiens, à la terre, à la lutte première. Tout cela me touche profondément.
Tout me semble essentiel. Peut-être ai-je toujours cherché la réponse au sens de la vie dans ce noyau fondamental. J’ai été poussée là-bas, dans la forêt amazonienne, pour cette raison.
C’était instinctif. C’est moi que je cherchais.

Claudia Andujar

La Fondation Cartier pour l'art contemporain présente la plus grande exposition à ce jour de l'œuvre de la photographe activiste brésilienne Claudia Andujar, engagée depuis les années 1970 dans la défense des droits des Yanomami et la protection de leur forêt. Le peuple Yanomami est le peuple amérindien parmi les plus importants de l’Amazonie brésilienne.

"Fruit de plusieurs années de recherche dans les archives de la photographe, cette exposition, conçue par Thyago Nogueira pour l’Instituto Moreira Salles au Brésil, présente son œuvre à travers plus de 300 photographies en noir et blanc ou en couleur (dont un grand nombre d’inédits), une installation audiovisuelle ainsi que des dessins réalisés par des artistes yanomami et des documents historiques. Reflétant les deux versants indissociables de sa démarche, l’un artistique, l’autre politique, elle révèle à la fois la contribution majeure de Claudia Andujar à l’art photographique et le rôle essentiel qu’elle a joué – et joue encore – en faveur de la défense des droits des Indiens Yanomami et de la forêt qu’ils habitent." (Fondation Cartier pour l'art contemporain)

L'info en plus : la Fondation Cartier pour l'art contemporain présentera l'exposition "Claudia Andujar,
La Lutte Yanomami" au Fotomuseum Winterthur (Suisse) à partir du 6 juin 2020 puis à la Triennale de Milan à partir de l’automne 2020 et à la Fondation Mapfre de Madrid à compter du 11 février 2021.

// Fondation Cartier pour l'art contemporain, 261 boulevard Raspail (75014 Paris) - exposition présentée du jeudi au dimanche de 11h à 20h - fermé le lundi, le mardi et le mercredi // 

Laisser un commentaire: