#37 : Naviguer dans la collection du CAPC

Le déconfinement progressif à l'œuvre depuis lundi 11 mai ne permettant pas la réouverture de l'ensemble des lieux culturels, Art&Miss propose chaque semaine une série d'activités pour continuer de se cultiver depuis chez soi et s'occuper, tout simplement !

Si le CAPC musée d'art contemporain de Bordeaux, ne présente pas d’exposition permanente de sa collection sous la forme d'un parcours, un certain nombre d'œuvres in situ signées Christian Boltanski (Pour mémoire, 1974), Keith Haring (Untitled, 1985), Richard Long (Garonne Mud Circles, Garonne Black Mud Circle, 1990 et White Rock Line, 1990), Max Neuhaus (Two passages bearing in between shadow and daylight identical in form, diverging in spirit, 1993), Niele Toroni (Empreintes de pinceaux n°50 répétées à intervalles réguliers de 30 cm, 1997-1998) sont visibles en permanence dans ses espaces. 

Faite de 1 299 œuvres de 189 artistes, composée d'achats et d'œuvres mises en dépôt par le MNAM (Musée National d'Art Moderne, Centre Georges Pompidou), le FNAC (Fonds National d'Art Contemporain), la Caisse des Dépôts et Consignations, et de dépôts d’artistes et de collectionneurs, la collection du CAPC labellisé "Musée de France" depuis 2003 est publique et accessible en ligne via cette adresse

Le CAPC, à propos de l'histoire de sa collection : "Les acquisitions et les dons ont tantôt renforcé les axes historiques et fondateurs de la collection du CAPC (les dernières grandes avant-gardes : Art minimal, Art conceptuel, Arte Povera, Supports/Surfaces…) tantôt privilégié une nouvelle génération d’artistes dont les œuvres renouvellent la pratique de l’art tout en interrogeant divers aspects du modèle sociétal. [...] L’histoire de la collection du CAPC est aussi celle des liens qui unissent le lieu à la scène artistique bordelaise en accompagnant la production d’artistes installés sur la région (Buy-Sellf, Laurent Le Deunff, Benoît Maire, Damien Mazières, Perav Prod, Présence Panchounette, Chantal Raguet, Jean Sabrier ou encore Jean-Paul Thibeau)."

Laisser un commentaire: