#28 : rechercher l’équilibre, le Ying et le Yang

En cette période de confinement, Art&Miss propose chaque semaine une série d'activités pour continuer de se cultiver depuis chez soi ou s'occuper, tout simplement !

Semaine 3 : rechercher l’équilibre, le Ying et le Yang


Encre de chine technique Sumi

Lors de la dernière chronique, nous avons étudié l’organisation spatiale de la famille dans la maison, ou comment chacun peut trouver sa place à l’aide des Trigrammes de la famille.

Avec le confinement nous sommes passés brutalement d’une situation mondiale très Yang où tout va très vite à une situation infiniment Yin où le temps s’étire, où nous sommes privés de mouvement, où tous les jours se ressemblent.

Cette situation Yin peut elle-même être vécue de manière trop Yang ou trop Yin : 

  • se sentir débordé(e) par le bazar, la promiscuité, trop d’enfants à la maison, trop de choses à faire, pas assez de temps pour soi,
  • ou au contraire être seul(e) face à soi-même avec une sensation de vide et d’incertitude allant jusqu’à l’angoisse avec des difficultés à dormir.


Le Taoïsme propose une vision, une analyse du monde au sens large, sous le prisme de la dualité. À l’origine du Tout est le Tao qui donne naissance aux principes du Yin et du Yang et qui, combinés entre eux, définissent toute chose.

Le Yin et le Yang sont les deux versants de la montagne, le soleil et l'ombre mais vus de deux manières différentes. Il y a le germe de l'un dans l'autre.

On est toujours Yin et Yang en relation à quelque chose. Il faut observer pour caractériser. Il y a à la fois opposition et interdépendance, l'un en excès peut se transformer en l'autre.

Le Yin est le principe féminin, il naît au Sud et a son apogée au Nord, le Yang est le principe masculin qui naît au Nord et a son apogée au Sud.

Ils se caractérisent par :

  • leur opposition,
  • leur interdépendance,
  • leur croissance et décroissance,
  • leur qualité.


Ils sont en constante évolution, si l’un change l’autre aussi, le jour succède à la nuit dans un cycle sans fin.

Ils sont représentés dans un état d’équilibre idéal naturel, dans le symbole Tai Ji ou Tai chi qui représente le Tout, l’univers et tout ce qu’il contient. La forme sinueuse qui sépare les deux parties montre qu’elles interagissent de manière cyclique.

Le Yin représente : le féminin, le passif, l’intuitif, la Lune, l’obscurité, le froid, la soumission, l'inertie, le mouvement descendant, la nuit, la faiblesse, l’immobilité, les rivières et les lacs, le mou, la douceur, le contenant.

Le Yang, lui, symbolise : le masculin, l’actif, la logique, la compréhension spirituelle, le soleil, la lumière, la création, la domination, le mouvement vers le haut, la vigueur, le chaud, l’expansion, la force, les montagnes, la direction, le dur.

Dans une analyse Feng shui on va harmoniser les différentes pièces de la maison en rapport avec leur nature et corriger les déséquilibres trop marqués.

Les chambres sont plutôt Yin car dédiées au sommeil et au calme.

La salle à manger est plutôt Yang, le salon doit présenter un équilibre Yin/Yang.

Comment et quoi corriger, uniquement si on en ressent le besoin :

  • Un intérieur trop Yin, avec trop de coussins, de plumes, de tissus, de velours, peut favoriser une atmosphère lourde, le repli sur soi, l’étouffement. Il faudra corriger en mettant par exemple des couleurs vives, veiller à refaire circuler l’énergie en libérant l’espace, ajouter du métal ou du blanc qui sont Yang.
     

  • Dans une chambre s’il y a trop de miroirs, une couleur blanche, beaucoup de lampes en métal, et une large baie vitrée, il y a trop de Yang. On peut y installer des rideaux, peindre la chambre d’une couleur pastel, mettre un couvre lit en velours, des tapis pour apporter de la douceur.
  • Dans le salon qui est occupé par toute la famille l’harmonie viendra d’un équilibre Yin/Yang. Dès que l’on va corriger par du Yin, le Yang va diminuer et inversement. C’est vous qui estimez le dosage nécessaire entre le Yin et le Yang.

     

Où qu’ils soient, les miroirs en face des fenêtres accélèrent l’énergie et peuvent générer des comportements excessifs. Il vaut mieux les éviter dans les chambres ; alors que dans un couloir trop sombre ils vont apporter le dynamisme nécessaire en recevant la lumière naturelle de biais et en la renvoient de même.

Dans le domaine artistique, une interprétation du monde sous l’angle de l’harmonie et de l’équilibre se traduit dans le mouvement Japonais du Sumi e (peinture à l’encre en Chinois), époque Muromachi (1336-1573). Le souffle, la respiration, y jouent un rôle primordial.


Paysage Sesshu, 1481

Portez-vous bien.

Véronique Van Oort-Johnston
Architecte d’Intérieur- Consultante Feng shui
06 70 88 17 95
contact@vanoort.fr

Laisser un commentaire: