#27 : Lire "De l’âme" de François Cheng de l’Académie française

En cette période de confinement, Art&Miss propose chaque semaine une série d'activités pour continuer de se cultiver depuis chez soi ou s'occuper, tout simplement !

De l'âme, de François Cheng de l'Académie française
- éd. Albin Michel -

L'auteur approche l'idée de l'âme suite à la demande d'une belle femme rencontrée dans le métro : "Sur le tard je me découvre une âme.", "Parlez moi de l'âme". S'ensuivra un échange de lettres dont nous n'aurons connaissance que des 7 réponses de Francois Cheng qui structurent l'organisation du livre.

Partant du postulat que l'âme n'est évoquée que dans des expressions toutes faites : "force d'âme", "la mort dans l'âme", François Cheng aborde cette idée à partir du constat de l'existence de la beauté qu'il considère comme un miracle (thème récurrent de ses écrits) : beauté fragile d'un physique, d'un paysage, d'un animal...

Il définit très vite l'âme comme le souffle, le désir de vie qui s'accompagne du désir de beau dont les manifestations s'expriment dans l'art, la poésie, la nature.

Il fait la distinction (classique) entre le corps, incarnation de l'âme, l'esprit et l'âme. 

- L'esprit pense, communique, organise, il est grand, central, a le pouvoir d'agir, est un facteur de savoir, mais :

- L'âme est essentielle, fondamentale, elle est aspiration à la vie, a le pouvoir de ressentir, transcender, donner du sens. Elle permet de résister à la mort, à la souffrance. Elle est du côté de la beauté, elle ouvre à l'amour même si en toute âme humaine cohabite ange et démon. Cette valeur d'être fondamentale est la garantie de la dignité de la personne, dignité qui ne s'efface pas quand l'esprit défaille. Une personne handicapée mentale a la même valeur essentielle qu'une personne non-handicapée. 

Pour développer cette idée de l'âme, l'auteur fait référence à des philosophes tels que Kierkegaard, Platon, Aristote avec une place toute particulière à Simone Weil, des écrivains tels que Victor Hugo, Rousseau, Cocteau, des poètes tels que Rilke. Il évoque l'idée de l'âme à travers la philosophie chinoise, le Tao, le bouddhisme, toutes les traditions spirituelles. Il fait référence à des peintres, Léonard de Vinci qui célèbre la beauté du corps féminin mais aussi celle de l'âme et évoque également les musiciens : Schubert, Dvorak, Chopin...

Ce livre cultivé et sensible est à la croisée de la philosophie et de la poésie et servi par un style épuré, délicat en lien avec le sujet. Admirable !

Parution : novembre 2016
162 pages
14 euros 

Laisser un commentaire: